De la lumière aux ténèbres, Ange Godart

Editions: La plume noire

Genre: Fantastique

Pages: 80

Quatrième de couverture:

Commencez votre chemin dans la lumière que vous traversez en suivant le funeste messager accomplissant sa tâche auprès des âmes des défuns ainsi qu’en voyant sa renaissance.
Voyez la lumière s’éloigner avec la déchéance d’un ange et découvrez la punition de l’ange déchu, condamné à vivre éternellement au milieu des humains qui disparaissent tous, le condamnant à la solitude.
Découvrez les ténèbres en suivant les choix de mortels qui ouvrent leurs bras à la promesse de la vie éternelle en s’offrant à des vampires qui font d’eux des créatures des ténèbres. Viyez que l’enfant des ténèbres, fils des siècles, peut ressentir la tristesse et la solitude.

Avis:

De la lumière aux ténèbres est un recueil de nouvelles, découpé en quatre parties. Elles forment une évolution qui correspond au titre, on passe de la lumière des anges aux ténèbres des vampires, entre temps une nouvelle espèce plus puissante verra le jour.

Le funeste messager
On suit le travail d’un ange de la mort, qui conduit les âmes dans l’au-delà.
On apprend vite que le pauvre est rongé par ce travail qui ne lui convient plus. Il est fatigué d’annoncer aux gens, qu’importe leur âge, que leur temps sur Terre est fini et qu’ils doivent rejoindre leurs proches qui sont déjà partis.

La renaissance du messager
Dans cette deuxième nouvelle, on retrouve notre ange de la mort que Dieu a fait renaître en tant qu’humain. Mais le pauvre est assailli par de mauvais rêves et prie chaque nuit pour ne pas s’endormir, jusqu’à qu’une mystérieuse voix lui parle de son héritage.

L’ange déchu 
Cette partie là est partagée entre une nouvelle qui dure plusieurs chapitres et trois autres histoires séparées, par leur personnage mais que la déchéance réunit.

Un homme tombe du ciel, des brûlures recouvrent son corps ainsi que des cicatrices dans son dos. C’est Avior, un ange gardien qui protégeait une jeune femme à l’âme très pure que l’ange de la mort est venu chercher. Révolté par cette décision de Dieu, Avior le maudit, c’est ainsi que Dieu le propulsa hors du paradis.
Au cours de ces années d’errance, l’ancien ange gardien devient un être unique.

Un ange tombé amoureux d’une jeune femme, la voit se faire tuer, par vengeance il tuera son bourreau. Dieu le déchut.
Deux transformations de deux hommes en vampires par des jeunes femmes.

L’enfant des ténèbres
Dans cette dernière nouvelle, on rencontre Ambrosius, un très vieux vampire. Assis dans un bar, il est rejoint par sa progéniture Morgana qui l’a jadis abandonné.

L’auteur nous offre un univers sombre, où l’espoir a peu de place. Il a su me garder du début jusqu’à la fin, et je n’ai pas senti de relachement au cours de ma lecture. Chaque page accroche notre attention de part la prose d’Ange Godart mais aussi de part une poésie mélancolique. On sent le poids de ce fardeau que porte l’ange de la mort, on découvre l’errance d’Avior pendant des années qui voit sa ville disparaître et on apprend la trahison.
Cela a été une lecture plaisante, j’avais déjà lu une courte nouvelle de l’auteur et son univers m’avait plu. Je retenterais l’expérience quand l’occasion se présentera.

Je remercie Ange Godart pour ce partenariat ainsi que Le sanctuaire de la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>