Shirahime Shô, Clamp

Editions: Glénat

Genre: Jôsei

Titre original: Shirahime Shô

Synopsis:

Recueil de trois histoires tragiques se déroulant dans le japon medieval. Le thème commun à ces contes est la neige, qui d’après la légende est formée par les larmes de la Déesse de la Neige…

Avis:

Shirahime Shô, la déesse de la neige, il est dit que lorsqu’elle est pleure, la neige tombe. C’est autour de cette légende que tourne ce one shot. Clamp nous offre trois chapitres assez triste sur l’amour et Shirahime.
Le prologue nous présente un homme érrant dans une tempète de neige, il rencontre une femme debout sur un promontoire et lui parle de Shirahime. C’est ainsi que s’ouvre le manga.
Dans le premier chapitre, une jeune fille est à la recherche d’un loup noir qui a tué son père. Son désir de vengeance l’entraine dans la montagne enneigé où elle sera assaillie par chiens sauvages. Le monstre ne semble pas être celui qu’elle croyait être.
Ensuite, lors du second chapitre, une promesse est faite au bord d’un lac qui reste éternellement gelé. Une jeune femme promet à son bien aimé qu’elle l’attendra immuable comme ce lac. On y découvre une autre légende du folklore japonais.
Le dernier chapitre clot la légende de Shirahime en nous entrainant à la suite d’un guerrier partit à la guerre. Perdu, il erre en vain à la recherche de son village où attends sa bien aimé.
L’épilogue clot parfaitement le manga avec la fin de la conversation entre l’homme et la femme sur le promontoire.

L’histoire est touchante, les petites notes par rapport aux prenoms des personnages sont très intéressantes, elles en donnent un sens bien particulier, l’avantage des noms japonais.
Graphiquement  Shirahime Shô est magnifique. Clamp nous offre un manga épuré, sobre qui colle à l’ambiance. La couverture est envoutante et vous invite a en savoir sur Shirahime.

Petite précision sur le titre, je vois qu’il est écrit Shirahime syo, sincèrement je ne comprends pas pourquoi il a été écrit comme ca, puisque phonétiquement, il se prononce bien Shirahime Shô. C’est pourquoi, je l’ai écrit de cette façon au début de l’article, car pour moi, ca respecte le plus la langue japonaise.

La neige est composée des larmes des enfants des hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>